Vérandas bioclimatiques

Des Vérandas vraiment habitables !

Quelques secrets…

Maîtrise du rayonnement solaire.
• Par l’orientation
• Par des dimensions facilitant la
capture solaire et sa conservation
• Par le choix des matériaux

Le soleil d’hiver 

Pénètre largement par lesbaies et reste piégé

Le soleil d’été

Ne doit pas provoquer d’effet de serre
La véranda doit être lumineuse par toute saison, ainsi sans obscurcir les pièces qu’elle dessert.

Fort de nos 30 ans d’expérience !! Nous offrons des solutions !!

Une pièce en plus, des dépenses d’énergie en moins !

La véranda a plus d’un tour dans son sac ! Pièce à vivre conviviale, elle peut aussi se révéler très efficace pour capter l’énergie solaire et réduire vos factures de chauffage. Les conditions : un investissement initial conséquent et des règles de construction bien précises.

Une logique d’économie d’énergie
Une véranda bioclimatique n’est ni plus ni moins qu’une grande serre conçue pour capter et stocker la chaleur du soleil.

Ses atouts
une vaste surface vitrée qui fait grimper la température dans toute la maison, y compris l’hiver, des murs étudiés pour conserver et restituer progressivement la chaleur quand le soleil disparaît, et un toit isolant pour piéger la chaleur qui a tendance à s’élever. Jour et nuit, la véranda joue donc les chauffages solaires et réduit d’autant votre consommation d’énergie.

Une véranda pas comme les autres
Pour être réellement performante, une véranda bioclimatique doit répondre à des critères bien précis. Le premier d’entre eux est l’orientation. Pour un ensoleillement optimal, votre véranda doit être exposée au sud.

Sa surface vitrée doit être la plus grande possible. Un minimum de dix mètres carrés est nécessaire. Une grande hauteur de ses façades est bienvenue avec un toit isolant pour piéger la chaleur du rayonnement solaire. Ce toit doit également être lumineux pour préserver de l’obscurcissement les pièces desservies.

Troisième point fondamental le mur qui sépare la véranda de la maison. C’est lui participe à la restitution de l’énergie. Il va stocker et restituer la chaleur solaire. Il est donc préférable qu’il soit sombre, épais et plein. Brique, bois, terre cuite et parpaing. A vous de composer selon vos envies de décoration.
Dernier point ; le sol souvent oublié participe aux échanges thermique. Bien isolé il repousse les remontées d’humidité et contribue à l’isolation globale de la pièce à vivre.
Enfin, ne faites pas l’impasse sur le système de ventilation qui diffusera l’air chaud dans toute la maison l’hiver. Maison qui doit s’ouvrir largement sur la véranda dans ce but. L’aération de la véranda par de grandes baies pour profiter pleinement votre environnement et aérer l’été. Un système de circulation d’air dans la véranda est fortement conseillé, ce qui permettra de rafraichir votre intérieur la nuit pendant l’été. Au moins un quart de la surface vitrée de la véranda doit pouvoir s’ouvrir.

Quel matériau choisir ?
L’aluminium – matériau Roi – d’une excellente stabilité dimensionnelle est de loin le plus recherché. Résistant, isolant par la rupture thermique et d’un entretien particulièrement facile, il permet de nombreuses fantaisies par des formes variées, une foultitude de couleurs et même de bi coloration. La qualité isolante des profilés d’aluminium à rupture thermique, associée à des doubles vitrages warm-edge et gaz argon permettent réellement de bénéficier pleinement de cet allié gratuit qu’est le soleil. De son côté, le bois massif est plus écologique. Particulièrement isolant, son entretien demande seulement un peu de peinture ou de lasure. On utilise des essences nobles telles le RED CEDAR et le DARK RED MERANTI pour un vieillissement sans failles. Moins prestigieux le LAMELLE-COLLE bien que tout autant isolant permet de grandes portées.

Un investissement de long terme et durable
Une véranda bioclimatique permet une économie jusqu’à 50 % de votre facture énergétique. Des économies intéressantes sur le long terme, car sa construction entraine un surcout, mais ne demande pas de frais d’entretien particuliers. Tout l’art du concepteur se retrouve dans son expertise à maitriser les amplitudes thermiques pour un confort maximum.

« La toiture bioclimatique »

Définition

Système d’isolation et d’occultation solaire tout en laissant passer la luminosité pour toitures de vérandas utilisant des plaques de polycarbonate alvéolaire de 16 mm remplies de billes de sagex permettant un abaissement du coefficient K de transmission thermique de la plaque de 2,6 W/hm2/00 pour des plaques triples paroi à 1,25 W/hm2/00 ; soit plus du double. Définition Coefficient K = 1,25 Soit environ 10 cm de laine de verre.

Effet en saison d’été
La véranda est plus fraîche.
Anti-chaleur par réflexion du rayonnement infrarouge à 83%.

Effet en saison d’hiver
La véranda est plus chaude.
L’isolation globale de la véranda peut être augmentée de plus du double.
Anti-condensation.

Effet en toutes saisons
Maintient d’une luminosité exceptionnelle.
La toiture BIOCLIMATIQUE laisse traverser 70 % du rayonnement
visible.
Anti-bruit.
Les alvéoles remplies de billes atténuent le bruit à la façon d’un vitrage isolant.

Economies
La toiture Bioclimatique, une fois mise en place est statique, de ce fait, elle ne subit pas d’usure mécanique. Les microbilles placées à l’intérieur des plaques ne subissent aucune altération solaire.

LA TOITURE à effet BIOCLIMATIQUE BENEFICIE DE LA GARANTIE DECENNALE.
Produit ignifugé. Classe M1.

Contact / Devis

Pin It on Pinterest

Share This